Vendredi 26 avril, l’ambiance du paddock est à la franche rigolade, malgré un Week-end qui s’annonce pluvieux. Je découvre mon team, ainsi que les pilotes et les mécanos qui le compose. Vers 19 heures, Geoffrey Schatz, le recordman du tracé, et frère de mon coach Nicolas Schatz, me fait monter avec lui pour les reconnaissances. J’écoute attentivement durant les 4 montées que nous effectuons.

Samedi 27 avril, j’arrive sur le paddock vers 8h du matin. Je suis légèrement stressé par la pluie, mais surtout heureux d’être là. Nous partons vers 9h pour la première manche d’essai libre. J’effectue ma première montée sans soucis, en prenant un plaisir de malade. Les sensations sont énormes, avec une grosse impression de vitesse entre les arbres. Les montées d’essai s’enchaînent, la pluie ne cesse pas d’arroser le tracé de temps à autre. Malgré tout, je continue d’améliorer mes chronos, au point de pouvoir prétendre au podium de ma classe lors de la première montée de course samedi soir, avec un temps de 1min16sec950.

Dimanche 28 avril, la météo continue sa ronde, alternant pluie, soleil, et parfois grêle. Première montée du matin (deuxième de course), premier virage, excès d’optimisme, et me voilà entrain d’effectuer une figure façon patinage artistique, rattrapée par réflexe (et un peu de chance j’avoue). Lors de la troisième montée de course, j’améliore d’un dixième, mais je suis déçu car je pensais avoir fait mieux. Il n’empêche que je suis toujours en lice pour le podium de classe. La dernière montée de course se déroule sur une route froide et glissante. Je déconnecte le cerveau et décide d’attaquer à fond. Au départ le deuxième rapport saute, je le réenclenche, et me lance à fond dans la montée. La voiture glisse, et je me retrouve plusieurs fois aux limites du tracé. Le chrono tombe : 1min15sec519. Malheureusement ce n’est pas suffisant pour le podium de classe, qui me glisse des doigts pour 8 dixièmes. C’est dommage, mais j’ai tellement pris du plaisir, que je n’ai qu’une envie, remonté au volant et attaquer comme jamais.

Je tiens d’ailleurs à remercier l’équipe de Nicolas Schatz, qui m’a accueilli comme si je faisais parti de l’équipe depuis toujours. Je remercie également le Garage de la gare à Etoy, pour son sponsoring, ainsi que tous les gens présents lors de mon repas de soutien. Un dernier merci à ma famille, qui a bravé la météo pour venir me voir, et m’encourager.

Pour finir, je vous donne rendez-vous à Chamrousse, toujours lors du championnat de France, du 23 au 25 août, pour ma prochaine course.